Les questions que vous allez poser en entretien sont la clé pour réussir à évaluer un.e candidat.e et ainsi réaliser des entretiens efficaces.

Important : Un entretien n’est pas un échange, ni un meeting où le feeling est roi.
L’entretien est un exercice qui demande de la rigueur et de la pratique. Plus vous pratiquerez plus vous serez à l’aise et plus vous gagnerez en efficacité. 

Avant d’écrire les questions d’entretien, il est important de : 

  • Suivre des règles de formulation, 
  • Connaître les différents types de questions,
  • Savoir ce que l’on souhaite comme réponse.

1. Les règles de formulation des questions

Ces règles, élémentaires, vous permettent de structurer votre pensée pour définir les questions que vous souhaitez poser au/à la futur.e candidat.e. 

Elles doivent répondre à certains critères : 

  • Être ouvertes,
  • Être en rapport avec l’emploi,
  • Être claires, précises et explicites,
  • Être bienveillantes et non menaçantes et/ou discriminatoires,
  • Avoir un niveau de difficulté approprié à l’emploi visé.

Ces règles impliquent également un comportement particulier de votre part, à savoir : 

  • Ne poser qu’une seule fois la question, de manière simple et posée,
  • Ne pas suggérer la réponse,
  • Ne pas être menaçant et/ou discriminant,
  • Être en capacité de savoir ce qui constitue une réponse exacte et complète.

2. Le contenu des questions

Le recueil d’informations est la clé de chaque entretien !  Pour ce faire les questions peuvent porter sur : 

  • Les comportements et les résultats observables en situation travail,
  • Les intentions de comportement,
  • Les connaissances techniques et professionnelles,
  • Les intérêts, motivations, aspirations, buts, opinions, attitudes du/de la candidat.e,
  • Les faits tirés des antécédents du ou de la candidat.e (formation, expérience). 

Les principaux types de questions

Définir à l’avance le type de questions à poser et les réponses que vous souhaitez entendre vous permettra d’avancer efficacement lors de l’entretien et de cerner rapidement la personne en face de vous. 

Il existe plusieurs catégories auxquelles vous pourrez vous rattacher :

1. SITUATION : situation hypothétique mais pertinente à l’emploi. 

Exemples : 

  • Vous-êtes de retour de congés et votre collègue est fier de vous annoncer qu’il a adopté un nouveau système de classification de l’information, qu’il a déjà mis en place. Vous savez que ce système ne conviendra pas à votre manager, que faites-vous ? 
  • L’astreinte sonne littéralement toutes les 5 minutes, on est le 24 décembre que faites-vous ? 
  • Vous avez découvert une faille de sécurité majeure pour l’un de vos clients, que faites-vous ?

2. COMPORTEMENT : description d’une situation passée plus ou moins semblable à une situation qui pourrait se reproduire dans son futur emploi. 

Exemples : 

  • Parlez-nous de la dernière fois que vous avez dit “non” à un client,
  • Donnez-nous un cas où vous n’avez pas pu respecter une deadline,
  • Comment réagissez-vous face à un client en colère ? Donnez-nous un exemple. 

3. CONNAISSANCE : description ou démonstration attendue (comme lors d’un examen oral).

Exemples : 

  • Pouvez-vous nous dire ce que vous connaissez de la norme ISO 27001 ?
  • Quels sont les logiciels que vous maîtrisez pleinement ?
  • Quelles sections de la loi sur les impôts s’appliquent aux successions ?
  • Que pouvez-vous me dire sur la méthode des incidents critiques ? 

4. FORMATION ET EXPÉRIENCE : les antécédents du/de la candidat.e

Exemples : 

  • Quelle est votre expérience pratique en matière de déploiement d’un pipeline CI/CD ? 
  • Quels sont vos principaux livres de références sur la programmation fonctionnelle ? 
  • Jusqu’à aujourd’hui, quelles ont été vos principales tâches concernant le développement d’une application Android ? 

5. VOLONTÉ À EFFECTUER DES TÂCHES : discuter avec le/la candidat.e (situation/comportement).

Exemples : 

  • Comment réagissez-vous à l’idée de devoir être d’astreinte toutes les 3 semaines ? 
  • Nos équipes sont internationales et nous travaillons parfois en horaires décalés. Jusqu’à quel point êtes-vous prêt à accepter le décalage des heures de travail ? 

6. INTÉRÊTS, OBJECTIFS ET ASPIRATIONS (motivations).

Exemples : 

  • Quels sont les aspects qui vous plaisent le plus dans l’emploi que vous occupez actuellement ? 
  • Qu’est-ce qui rend un emploi motivant pour vous ? 
  • Si c’était à refaire, dans quel domaine feriez-vous vos études ? 

7. OPINIONS ET ATTITUDES : ce que pense le/la candidat.e par rapport au poste.

Exemples : 

  • Plusieurs personnes affirment que les réunions sont souvent une perte de temps. Que pensez-vous personnellement de l’utilité des réunions ? 
  • Croyez-vous que dans certaines situations il est préférable de ne pas suivre les règles dictées par l’entreprise ? 
  • Selon vous, quelle est la meilleure manière de faire de la veille technologique ? 

8. AUTO-ÉVALUATION : ce que le candidat pense de lui-même.

Exemples : 

  • Qu’est-ce qui fait que vous êtes un.e bon.ne candidat.e pour ce poste ? 
  • Quelles sont vos plus grandes forces ? 
  • Quels sont les aspects que vous devriez améliorer ? Et que souhaitez-vous améliorer en priorité ? 

3. Préparation et séquencement des questions

Organiser ses questions en séquences logiques permet aux personnes qui conduisent les entretiens mais aussi aux candidat.e.s d’avoir un fil conducteur.

Il faut aussi que vous gardiez bien en tête que cette séquence de question doit aussi être également propice à l’obtention d’informations qui doivent être pertinentes (cf article 2 : critères de sélection).

Il existe trois séquences possibles : 

  1. Par ordre chronologique : on suit les évènements qui se déroulent dans le temps. Cela permet de mieux saisir les relations entre les évènements et aussi de mieux comprendre l’ensemble du parcours professionnel et personnel de la personne. 
  1. Par critères de sélection : on regroupe les questions en fonction des divers critères de sélection. 
  1. Par tâches ou responsabilités du poste : on fait des catégories suivant les principaux composants du poste.

Si cet article vous a plu, retrouvez nous la semaine prochaine pour la cinquième partie de notre série sur les entretiens structurés : la conduite de l’entretien

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *